Liturgie

Par la prière d’intercession, vous avez un rôle fondamental dans la vie de l’Église. Vous priez et intercédez pour beaucoup de frères et de sœurs qui sont en prison, migrants, réfugiés et persécutés, pour tant de familles blessées, les personnes sans travail, les pauvres, les malades, les victimes des dépendances, pour ne citer que quelques-unes des situations qui sont chaque jour plus pressantes.

Vous êtes comme ces personnes qui portèrent un paralytique devant le Seigneur pour qu’il le guérisse (cf. Mc 2, 1-12). Par la prière, jour et nuit, vous amenez au Seigneur la vie de beaucoup de frères et sœurs qui, pour diverses raisons, ne peuvent le rejoindre pour faire l’expérience de sa miséricorde qui soigne, alors que Lui les attend pour leur faire grâce. Avec votre prière, vous pouvez guérir les plaies de beaucoup de frères.

Le livre de l’Exode nous montre que Moïse par sa prière détermine le sort de son peuple en assurant la victoire sur l’ennemi quand il réussit à maintenir ses bras élevés pour invoquer l’aide du Seigneur (cf. 17,11). Ce texte me semble être une image très expressive de la force et de l’efficacité de votre prière en faveur de toute l’humanité et de l’Église, en particulier pour ses membres plus faibles et nécessiteux. Encore aujourd’hui, comme alors, nous pouvons penser que le sort de l’humanité se décide dans les cœurs priants et les bras levés des contemplatives. C’est pourquoi je vous exhorte à être fidèles, selon vos Constitutions, à la prière liturgique et à la prière personnelle qui la prépare et la prolonge. Je vous exhorte à ne rien préférer à l’opus Dei, afin que rien ne vous empêche, rien ne vous sépare, ni rien n’interfère dans votre ministère de prière. Par cela, vous vous transformerez, à travers la contemplation, en l’image du Christ et vos communautés deviendront de vraies écoles de prière.