Une journée au Carmel

« Que chacun demeure seul dans sa cellule ou près d’elle, méditant jour et nuit la loi du Seigneur et veillant dans la prière »

Règle primitive du Carmel

Une journée au Carmel est réglée par un horaire précis, le même chaque jour à quelques exceptions près : par exemple, l’heure de la messe peut varier selon les disponibilités de notre père aumônier ou les nécessités de la communauté.

La journée commence à 6 h, par une heure d’oraison, au Chœur, prière silencieuse dans la recherche de la communion avec le Seigneur.

A 7 h nous descendons au  réfectoire pour le petit-déjeuner.

A 7 h 20, nous voici de nouveau au Chœur pour chanter les Laudes : en effet, notre journée est rythmée par la « prière des Heures », qui nous permet de référer au Seigneur le temps qui s’écoule.

Cette prière comprend deux moments plus importants : les Laudes, le matin, et les Vêpres, en fin d’après –midi.

Il y a en plus, ce que nous appelons les « petites heures », parce que plus courtes (une petite hymne et trois psaumes…) ; celles-ci nous ramènent en présence de Dieu : au milieu de la matinée, avant le repas de midi et au cours de l’après-midi.

Le soir, avant le repos, nous chantons les Complies, pour remettre au Seigneur la journée qui s’achève et lui confier la nuit.

A 21 h nous anticipons la liturgie du lendemain avec l’Office des Lectures (ou Matines), comme le voulait Ste Thérèse.

L’Office des Lectures porte ce nom car selon la volonté de l’Eglise, après les psaumes, il y a l’écoute de textes assez longs : lecture suivie de la Parole de Dieu, et texte d’un Père de l’Eglise ou d’un saint, en rapport avec le temps liturgique (Avent, Noël etc.) ou bien le saint fêté.

Après les Complies jusqu’à  l’Office des Lectures, nous avons une heure de temps que nous appelons le temps du « grand silence », car selon notre Règle, si le silence est communément observé au long de la journée, il est plus rigoureux à partir de la fin de Complies jusqu’après les Laudes du lendemain.

Cette heure, est donc un temps libre, où l’on peut vaquer à la prière, à la lecture ou autre, pourvu que cela ne fasse pas de bruit.

Entre ces moments de prière commune, chacune s’occupe du travail qui lui est confié :

Il y a les tâches domestiques ordinaires  (services divers, entretien de la maison, de l’espace vert etc)

Le travail rémunéré a son importance dans notre vie car il faut gagner son pain ! (il est généralement manuel)

Nous faisons un peu de reliure, de couture (confection d’aubes). A l’heure actuelle ces activités  sont plutôt réduites, en raison  des santés, mais en fonction d’offres éventuelles de débouchés d’autres travaux pourront être envisagés.

Chaque sœur exécute son travail en silence et solitude, selon notre Règle, gardant son cœur attentif à la divine Présence.

Nous avons aussi le temps de la lecture spirituelle, importante pour alimenter et soutenir la vie de prière. Elle a lieu en début ou en fin de matinée (selon l’heure de la messe).

Il ne faut pas manquer de mentionner les deux récréations quotidiennes, instaurées par Ste Thérèse (après les repas de midi et du soir) : elles permettent  de nous retrouver, d’échanger librement et de nous détendre.

A midi, souvent, la récréation est  l’occasion de travaux communs : ménages, rangements,  jardinage ; le soir nous sommes assises avec  un ouvrage.

Ne jouons pas aux anges (!), et n’oublions pas les deux repas (12 h 20 et 18 h 15).

Ils se passent en silence : une sœur fait la lecture (Parole de Dieu, auteur spirituel, vie de l’Eglise). Nous pouvons aussi écouter des conférences sur CD.

Ce rythme très régulier est parfois modifié à l’occasion de retraites (personnelles ou communautaires), sessions, ou bien journées de détente (lors des grandes fêtes de Noël et Pâques).